Conjugopathies

Tous les couples traversent un certain nombre d’étapes durant leur existence. Ces étapes sont souvent ponctuées d’obstacles responsables de ce qu’on appelle les crises du couple. Le fait de surmonter ces crises permettra au couple de se construire et de parvenir à la maturité.

Classiquement, on peut décrire 4 principales étapes dans les couples

La première étape du couple : la fusion

Survenant au tout premier temps du couple, c’est la phase de complicité totale. On a l’impression d’avoir trouvé son double, son alter ego. On partage tout, on pense à l’autre tout le temps et on a l’impression de ne pas pouvoir vivre sans lui. La représentation de l’autre est idéalisée. L’amour est alors synonyme d’euphorie et d’exaltation.

Cette étape est transitoire et correspond à une période où biologiquement le corps sécrète un grand nombre d’endorphines. Cette sécrétion va naturellement se tarir, plus ou moins rapidement, ce qui permettra au couple de passer à l’étape d’après.

Certaines personnes sont en recherche permanente de cet état émotionnel et vont se séparer souvent, afin de pouvoir retrouver ces états de plaisir lies aux libérations d’endorphines initiales dans une autre relation.

Les pièges à surmonter durant cette première étape vont être le doute, la jalousie, la possessivité… qui peuvent alors détruire le couple.

Un risque existe également que le couple reste bloqué à cette étape dans une fascination extrême vis-à-vis de l’autre (psychiquement et sexuellement). Certains sexologues parlent alors de « trouble amoureux compulsif » dans un parallèle entre passion amoureuse et passion obsessive.

La deuxième étape du couple : la différenciation

Cette étape primordiale va permettre à chacun de retrouver son ego, ses aspirations, ses goûts propres. Il y a une désidéalisation de l’autre, tout en gardant une image positive et la dose de passion nécessaire à la vie commune.

L’enjeu va être de permettre à l’autre d’être un individu à part entière, d’accepter ses différences et sa façon de penser, et d’être dans l’échange et la communication et non plus dans la fusion totale, tout en avançant ensemble dans la même direction.

À cette période, beaucoup de couples se perdent déjà. Au bout d’un, deux ans ou trois ans, ils sont rattrapés par la réalité des différences et des défauts de l’autre et les sentiments peuvent s’affadirent. Quand règne la loi du « tout ou rien », les déceptions et les conflits ne sont pas dépassés.

Pour conserver l’illusion du double merveilleux, les « serials lovers » (comme on les surnomme aux Etats-Unis) vont de partenaire en partenaire (toujours du même type), sans jamais trouver l’homme ou la femme idéale, conforme à l’image rêvée. On entre dans le scénario bien connu des « répétitions amoureuses ».

La troisième étape du couple : l’engagement

Si le couple a dépassé les premières difficultés, il en ressort plus fort et chacun va alors pouvoir s’affirmer en solo et investir son couple. C’est une phase plus « réfléchie » (plus cognitive) qui traduit la décision de s’impliquer, de poursuivre et de maintenir une relation. Chacun fait des compromis. Cela suppose amour, écoute et négociation, sans compromissions inacceptables pour autant.

Le danger de cette étape réside dans le risque de se « perdre ». Si le couple dialogue peu, les frustrations et les silences vont s’accumuler comme un grand calme avant la tempête.

La quatrième étape du couple : la maturité

C’est l’étape ultime où l’on se fait confiance, où l’on est dans une générosité réciproque, où l’on se soutient, et où l’on accepte l’amour et la peine. Le couple se fonde encore plus sur la connivence partagée, les rêves à deux, les histoires que l’on se raconte, l’apaisement de la présence de l’autre, une certaine dose de tolérance, la capacité d’accueillir la frustration. Le couple accepte le soleil et l’ombre, les hauts et les bas.

Les crises du couple

Durant ces étapes, le couple va vivre un grand nombre de « crises ».

Les crises du couple sont non seulement normales, mais également inéluctables, car vivre en couple n’est pas quelque chose de « naturel ». C’est pourquoi ces crises sont nécessaires, et souvent équilibrantes lorsqu’elles sont dépassées. Elles peuvent survenir à tous les âges de la vie du couple et lors des grands virages : installation à deux, premier enfant, déménagement, deuil, chômage, promotion, rencontre, etc.

Contrairement à ce que l’idée que se fait le couple, ce n’est pas quelque chose d’anormal d’être en conflit. Le couple est conflictuel à plusieurs niveaux :

  • dans l’entrechoc des histoires personnelles
  • dans le choc des micro-cultures familiales
  • dans l’altérité homme/femme qui constitue aujourd’hui l’un des champs les plus fréquents du malentendu dans les couples hétérosexuels
  • dans les critères de l’épanouissement sexuel, les hommes revendiquant souvent un problème de quantité et les femmes un problème de qualité
  • etc…

L’enjeu de ces conflits ne va pas être de les enterrer et de repartir de zéro, mais de les surmonter et d’en tirer quelque chose.

Mais pour arriver à cela, il est nécessaire de communiquer. Or, les couples en crise n’arrivent plus à communiquer. C’est pourquoi le mieux est de faire appel à un tiers : psychologue, sexologue ou psychothérapeute. Ce professionnel saura créer un espace de communication pour aider le couple à avancer, poser les bonnes questions, et permettre à chacun de réévaluer sa position dans le couple.

  Nous contacter

Publié dans Problèmes de couple Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire