Vaginisme

Le vaginisme est une maladie méconnue qui fait l’objet de nombreux préjugés. A cause de cela, les femmes qui en souffrent ont souvent du mal à en parler, par honte et par culpabilité. Pourtant, le vaginisme est une difficulté sexuelle féminine pour laquelle il existe des solutions avec un très bon taux de guérison !

C’est quoi le vaginisme ?

Le vaginisme est une contraction douloureuse des muscles du périnée (muscles qui entourent le vagin), qui survient de manière réflexe au moment de la pénétration et qui empêche tout rapport sexuel. Ce mécanisme est également associé à un évitement sexuel et à une dérobade face à toute tentative de pénétration.

Le vaginisme peut être total (dans toutes les situations et avec tout objet, tampon, doigt…) ou partiel (seulement dans certaines situations, avec certains partenaires, certains objets…).

Qui souffre de vaginisme ?

Le vaginisme touche entre 5% et 15% des femmes. C’est donc une difficulté que l’on rencontre fréquemment.

Le vaginisme est dit primaire si la pénétration s’est toujours avérée impossible ou difficile et représente la fréquence la plus importante de vaginisme. Il apparaît au début de la vie sexuelle de la femme.

Le vaginisme est dit secondaire s’il apparaît après une vie sexuelle satisfaisante et sans problèmes particuliers, généralement à la suite d’un traumatisme, d’un conflit, d’un problème de santé etc…

Les femmes présentant un vaginisme ont tendance à se sentir très gênées et elles n’en parlent à personne, ce qui est malheureux car il est beaucoup plus facile de traiter cette difficulté lorsqu’elle est récente plutôt que lorsqu’elle s’est installée depuis des années.

A quoi est dû le vaginisme ?

Le vaginisme a de nombreuses causes, parfois physiques, souvent psychologiques.

Le plus souvent, le vaginisme est est lié à une grande appréhension, associée à une méconnaissance du fonctionnement de son corps d’un point de vue de la sexualité.

Parfois, mais plus rarement, il peut être lié à un antécédent traumatique comme une agression sexuelle, une phobie (peur de tomber enceinte), un accouchement difficile ou des antécédents de douleurs lors de la pénétration (dyspareunies, infection, sécheresse vaginale…), même si ce traumatisme est ancien et que d’un point de vue anatomique le vagin ne présente aucune lésion.

C’est la contraction des muscles qui entourent le vagin qui va créer de la douleur, comme une contracture. Cette douleur peut varier d’un léger inconfort à une sensation de brûlure, ou à une douleur intense.

Comment soigner son vaginisme ?

Il y a un moyen de guérir le vaginisme ; il s’agit d’apprendre comment contrôler et relaxer les muscles qui se resserrent involontairement.

Toutefois, cela ne se fait pas du jour au lendemain. Il faudra faire des exercices pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, que l’on appelle « exercices de déconditionnement ».

Le temps requis pour obtenir des résultats dépend de la persistance à faire les exercices, et du temps écoulé depuis les premières manifestations du vaginisme.

Qui traite le vaginisme ?

Le vaginisme est une difficulté qui se soigne très bien, avec un taux de réussite proche de 100%.

Mais encore une fois, il faut faire attention et ne pas confiance aux « méthodes magiques » que l’on trouve sur Internet, mais se tourner vers un sexologue.

Environ deux tiers des sexologues sont des médecins (avec une majorité de généralistes, ou psychiatres, gynécologues, endocrinologues, urologues et sages-femmes). Le tiers restant se compose de psychologues, thérapeutes, kinésithérapeutes, conseillers conjugaux, hypnothérapeutes. Ces professionnels ont un diplôme inter-universitaire de sexologie, reconnu par l’Ordre des Médecins depuis 1996.

Attention aux « sexothérapeutes », qui bien souvent n’ont aucun diplôme reconnu et utilisent cette dénomination à la place de sexologue.

  Nous contacter

Tagués avec : , , , , , , ,

Laisser un commentaire